Histoires Expatriées | Ce que j’aurais voulu savoir avant de partir.


En Septembre 2012, je suis montée dans cet avion avec les larmes aux yeux direction Montréal. Des au revoir émotifs aux bras de ma maman et de ma sœur qui m’avaient déposer à l’aéroport. Et puis, tout est allé très vite ! Je venais de refermer un énorme chapitre de ma vie, pas du tout consciente de ce qui m’attendait. 8 heures de vol plus tard, me voilà à Montréal. Mr Pain d’épice en revanche, m’attendait à l’aéroport tout excité.

Je ne vous cache pas ma surprise sur la route nous menant à la maison, car oui Mr Pain d’épice vivait au Canada depuis déjà dix ans. J’étais sans voix. Ce n’était pas du tout comment j’imaginais le Canada (petite française de l’époque pour qui Montréal = TOUT le Canada). C’était MOCHE, VIEUX et DÉMODÉ. J’étais choqué de l’état des routes, de l’architecture dégelasse, mais le québécois écrit m’amusait déjà.. bref le dépaysement total ! Alors qu’est-ce que j’aurais voulu savoir avant de partir?

Les Papiers Administratifs.

Entre la France et le Québec, il y a des accords spéciaux qui avantagent les touristes français. Avec le passeport français, nous avons le droit de séjourner pendant 6 mois au Québec sans avoir à quitter le territoire. Pour le reste du Canada, ce n’est que 3 mois. Lorsque je suis arrivée au Canada, mon but était de rester six mois, alors je suis venu en tant que touriste avec simplement mon passeport français. Deux mois après mon arrivée, on a décidé de lancer les démarches pour que je devienne résidente permanente en me faisant parrainer par mon mari.

En tant que touriste, je ne pouvais rien faire, ni me soigner, ni travailler, ni étudier ! Je devais prendre mon mal en patience en attendant cette foutue Résidence Permanente ! (L’équivalent de la carte de séjour en France ou de la Green Card aux États-Unis).

Si c’était à refaire, je ne serais jamais venu avec un statut touriste ! Je suis tombée malade pendant cette période et, juste pour consulter un généraliste, il fallait payer $200 !

 

Patience, Déception, Peine, tu subiras !

L’immigration n’est pas à prendre à la légère, même si on est submergé par l’excitation de refaire sa vie ailleurs et de relever de nouveaux challenges, ce n’est jamais facile. Alors, il a fallu être très patiente… Très vite, je comprends qu’il faut passer par plusieurs étapes avant d’avoir un statut ! Attendre sa résidence permanente pendant six mois, attendre pour obtenir l’équivalence de ses diplômes, attendre pour perfectionner son anglais, attendre et attendre pour décrocher un job… Bref TOUT paraissait long et je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel. Venant de France, diplômée et avec de l’expérience dans de grosses multinationales, à aucun moment j’ai pensé que j’allais avoir du mal à décrocher un boulot dans mon domaine. Alors déception sur déception, je découvrais la culture québécoise et essayait de m’adapter pour réussir.

J’aurais voulu connaitre la culture québécoise et canadienne avant de venir, savoir comment le marché du travail fonctionne, l’importance des langues et du réseau. Que tout fonctionne avec les références et les connaissances. Que le chemin n’allait pas être si simple que ça…

L’Organisation des Retours en France.

J’ai commencé à travailler à plein temps lorsqu’on est parti s’installer dans l’ouest du pays. J’ai pris une énorme claque, lorsque j’ai signé mon premier contrat d’embauche en découvrant qu’on avait le droit qu’à 10 jours de vacances après la première année d’embauche ! Je devais travailler 12 mois d’affilé pour enfin puiser sur mes 10 ridicules jours de vacances ! J’habite à 12h de vol de Paris, vivre si loin de sa famille et n’avoir le droit de les visiter que deux semaines, ça fait mal !

Organiser les retours n’est pas simple, si je veux profiter de mes neveux, il faut y aller pendant les vacances scolaires, mais les prix flambent ! J’essaie de toujours être présente lors des moments importants (Mariage, naissance..) au détriment de mes envies ! Deux années de suite que je vais à Paris en Novembre, c’est vraiment pas la saison idéale ! Alors oui… quand on vit au Canada, c’est compliqué de planifier les vacances avec si peu de congés ! #DesRadinsCesCanadiens

Maintenant, est-ce que j’aurais aimé connaitre les points positifs avant de venir ? Oui et non ! Je ne me suis pas du tout documenté sur le Canada. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en venant vivre au Canada. Je savais juste que c’était un pays qui me faisait rêver depuis toute petite, ainsi que l’Australie d’ailleurs… Faut croire que la distance me faisait rêver… Avec le recul, je pense que ce n’est pas plus mal, car ma découverte du pays, de la culture, de la langue etc… toutes ces petites choses tellement locales qui me surprenaient et me faisaient sourire m’aidaient à tenir dans les moments les plus difficiles de l’immigration.

« Cet article participe au RDV #HistoiresExpatriées organisé par le blog L’occhio di Lucie »

Et voici les autres billets des participants à #HistoiresExpatriées :


À lire ou à relire :

29 commentaires sur “Histoires Expatriées | Ce que j’aurais voulu savoir avant de partir.

  1. Pas facile de tout quitter pour tout recommencer! Ici on est passé par la Chine (je savais plus ou moins à quoi m’attendre après quelques voyages dans le pays et avoir étudié la langue, mais pas monsieur!), et maintenant la Belgique. Pas aussi exotique, mais on a notre lot de découvertes culturelles fascinantes aussi!

  2. Et ben, 10 jours de vacances, c’est vraiment peu et frustrant!! Pas évident de tout quitter effectivement mais c’est aussi une belle expérience de vie. De mon côté, j’y songe sérieusement! 😉

      1. On aimerait beaucoup aller vivre aux Etats-Unis, peut-être au Canada 😉 ou Australie, mais il faut avoir des opportunités d’un point de vue professionnel. Alors, on verra… Cela fait tout de même 5 ans qu’on en parle!

  3. On en vient tous à dire que finalement, ne pas savoir grand chose avant de partir, c’est chouette haha ! Merci pour ta participation complètement dépaysante :O

    1. ah excellent !! 🙂 Alors bienvenue parmi nous pour ce chouette rendez-vous mensuel. Je decouvre par la meme occasion ton blog, et ta contribution en dessin c’est drolement chouette, d’ailleurs je ne savais pas pour l’histoire de « du coup » 🙂 J’ai pourtant vecu 18 mois à Montreal, ça n’a pas suffit apparement ! 🙂

  4. Oh my !! 10 jours de vacances seulement! Et après la première année d’embauche ! J’ose même pas imaginer. Du coup tu utiles toutes ces vacances pour rentrer en France ou tu découvres le Canada ? Ca doit être un sacré dilemme…

    1. Exactement un vrai casse-tête qui demande des compromis ! Je ne prends jamais de vacances pour explorer le Canada, mais utilise à la place chaque long weekend. Pour la France, je suis toujours rentrée une fois par an, sauf cette année où nous avons épuisé nos vacances pour aller au Japon !

  5. L’éternelle question des vacances. Tu parles des 10 jours au Canada, octroyés après un an de contrat: au Mexique, c’est 6 jours. J’ai eu le même « choc » que toi et je me suis dit qu’en France, on était quand même bien loti!

  6. Cette foutue Résidence Permanente, quel parcours du combattant, mais c’est la clé de la tranquilité de l’esprit pour continuer son expérience. Et je découvre que tu vis toi aussi avec un Canadien?! Je me sentais un peu seule dans mon expérience, entourée d’immigrants / expats français, ton témoignage me rejoint tellement!

  7. Le Canada est tellement décrit comme la terre promise par certains, le « moche, vieux et démodé » paraît tout à coup moins idyllique (et ça m’a bien fait rire !)

  8. Ah ça, entre ce qu’on imagine et ce qu’on vit il y a parfois un monde ! J’ai eu la même surprise en Nouvelle Zélande, mais pas en Angleterre car cette fois j’étais préparée 🙂

Merci pour ton commentaire ! et si tu as une question, j'y répondrai avec plaisir ❤

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.